Séminaire LabEx : Anticiper les futurs des forêts – Sociologie des recherches forestières en France

Le 30 Septembre 2020 à 13h30, Antoine Dolez du Laboratoire SAGE ( Sociétés, Acteurs, Gouvernement en Europe, Université de Strasbourg) donnera un séminaire dans la salle de Conférences du Centre INRA GrandEst-Nancy, Champenoux.

Ce séminaire propose quelques réflexions sociologiques et historiques sur l’évolution et l’organisation des recherches forestières en France. Il s’appuie sur une enquête menée auprès de chercheurs et d’ingénieurs de l’INRAE et du CEFE qui modélisent les écosystèmes forestiers et anticipent leurs trajectoires futures. Le séminaire se concentre sur de deux résultats de cette recherche. Il est tout d’abord question de montrer autour de quels problèmes scientifiques les recherches forestières se structurent actuellement. Pour ce faire, je mobilise le concept d’ « agenda de recherche », et je distingue, ainsi, trois agendas des recherches forestières : l’agenda sylvicole, l’agenda écologique et l’agenda climatique. Puis, je détaille trois « visions des futurs des forêts » qui sont portées par les différents acteurs des recherches forestières. Ces « visions des futurs des forêts » concernent non seulement les rôles que les forêts peuvent jouer dans l’atténuation et l’adaptation au changement climatique, mais aussi, et surtout, l’ensemble des technologies, savoirs et pratiques que les acteurs pensent nécessaires de développer pour préparer les forêts aux défis de demain.

Antoine Dolez est sociologue des sciences, ses travaux s’inscrivent dans le courant des Science and Technology Studies (STS). Il a réalisé sa thèse de sociologie au Laboratoire Ecosystèmes et Sociétés en Montagnes (LESSEM) de l’INRAE et au laboratoire PACTE (Grenoble). Il est chercheur associé au laboratoire SAGE (Strasbourg). Ses recherches concernent la sociologie et l’histoire des recherches forestières, l’informatisation de la nature, le monitoring environnemental, et l’étude des futurs environnementaux.

 

 

La croissance des forêts de conifères françaises contrôlée par des contraintes thermiques et hydriques et favorisée par une structure forestière hétérogène

En s’appuyant sur > 10 000 mesures d’accroissement radial des placettes de l’Inventaire Forestier National, nos collègues du Laboratoire d’Inventaire Forestier (IGN) ont évalué les anomalies annuelles de croissance de huit espèces de conifères majeures dans le secteur forestier français et européen sur la période 2006-2016. Les huit espèces sont : l’épicéa commun, le Douglas, le sapin pectiné, le pin maritime, le pin sylvestre, le pin de Corse, le pin d’Alep et le mélèze européen. La croissance radiale de ces espèces a été modélisée dans des peuplements purs et réguliers, c’est-à-dire des peuplements avec une seule essence présente et des arbres aux dimensions à peu près similaires, pour limiter les effets de la composition et de la structure du peuplement sur la croissance. Ce type de peuplements est aussi celui majoritairement utilisé en sylviculture des conifères en France de nos jours. Chaque espèce a été modélisée dans autant de contextes bioclimatiques que possible. En tout, 16 systèmes forestiers ont pu être étudiés (Fig. 1A). Les données de croissance ont d’abord été filtrées de tous les effets non-climatiques, comme l’effet de la taille de l’arbre, de la structure du peuplement et du type de sol, par modélisation afin d’isoler les anomalies de croissance liées au climat uniquement. Les tendances décrites par ces anomalies de croissance ont ensuite été comparées à des variables environnementales, comme les changements climatiques saisonniers en température et précipitation sur la période d’étude.

Clémentine Ols et ses collègues ont ainsi observé que les tendances de croissance sur la période 2006-2016 sont très fortement reliées à la vitesse de réchauffement auquel un système forestier fait face, et ce quel que soit son climat moyen initial. Ainsi, les peuplements situés dans les régions qui se réchauffent le plus vite (surtout en hiver et en été) ont vu leur croissance diminuer alors que les peuplements des régions au réchauffement plus modéré ont vu leur croissance augmenter (Fig. 1B).

D’autre part, les tendances de croissance semblent être étroitement liées aux contraintes hydriques des systèmes forestiers. Ainsi, les tendances de croissance négative ont principalement été observées dans les régions où les précipitations estivales et la capacité de rétention en eau du sol sont élevées mais où ces dernières ont diminué au cours de 2006-2016 (Fig. 1C).

Ils ont également mis en évidence que les peuplements les plus hétérogènes en diamètre présentaient les tendances les plus positives (Fig. 1D). L’hétérogénéité de la structure d’un peuplement apparaît donc favoriser sa croissance en contexte d’augmentation des contraintes hydriques et thermales.

L’ensemble de ces résultats constitue une piste intéressante pour développer une gestion forestière augmentant la résilience des peuplements de conifères face aux variations climatiques à venir.

L’efficacité des méthodes développées et l’importance de l’information produite de cette étude démontrent la possibilité de déployer un système de monitoring national des forêts basé sur l’Inventaire Forestier National.

Lien vers la publication originale :

Ols, C., Hervé, J.-C., Bontemps, J.-D., 2020. Recent growth trends of conifers across Western Europe are controlled by thermal and water constraints and favored by forest heterogeneity. Science of The Total Environment 742, 140453.

Atelier ONF-SILVA-ARBRE en forêt de Hesse

Dans la suite du projet de formation – dissémination IFASYL soutenu par le LabEx ARBRE, Nathalie Breda (UMR SILVA) a accueilli un groupe d’une vingtaine de collègues de l’Office National des Forêts du Grand Est le 2 juillet sur le site atelier de Hesse. L’objectif de la rencontre était d’expliciter le rôle de l’indice foliaire dans les échanges entre les couverts et l’atmosphère. A partir d’une visite du site, de discussion autour de posters illustrant la variabilité interannuelle et spatiale d’indice foliaire, le rôle de la sylviculture dans le contrôle de ce paramètre a été discuté. Du point de vue technique, la métrologie de ce paramètre a été explicitée en s’appuyant en outre sur l’expérience de l’ONF sur les placettes RENECOFOR (collecte de litières) et en présentant différents équipements. Les collègues volontaires ont aussi pu accéder à l’interface « couvert –atmosphère » en accédant en haut de la tour à flux et en découvrant les mesures micrométéorologiques réalisées, avec les explications de Jean-Baptiste Lily (UMR SILVA). A l’issue de la rencontre, les collègues de l’ONF sont repartis avec l’analyseur de couvert appartenant au service RDI de Fontainebleau (modèle LAI-2000, Li-Cor), accompagnés de modes opératoires clairs et simples pour réaliser leurs propres mesures sur des peuplements conduits de manière contrastée.

Photo : Hubert Schmuck (ONF)

Le Génie des Arbres

Le génie des arbres, un documentaire diffusé lors de la soirée Science Grand Format du jeudi 15 mai à 20h50 sur France 5 – avec plusieurs interventions des équipes du LabEx ARBRE …

20th NFZ forestnet Annual Summer School: Emerging pests and diseases in temperate forests

Depuis le milieu du XIXe siècle, les forêts européennes ont doublé de superficie, mais elles sont confrontées à de nouvelles menaces telles que le changement climatique. L’émergence de nouveaux ravageurs et maladies provoquant le déclin des arbres forestiers, est une autre préoccupation majeure.

Les causes de ces problèmes émergents sont multiples : introduction de ravageurs et de maladies exotiques, changement climatique et modification des pratiques forestières. La plupart des introductions sont accidentelles et liées à l’augmentation du commerce international, qui supprime de nombreux obstacles naturels à la dispersion des organismes et entraîne la redistribution de nombreuses espèces animales, végétales et microbiennes entre les continents. Certains de ces ennemis (insectes, nématodes, champignons, bactéries ou virus) provoquent des pertes économiques importantes et constituent une menace pour la conservation de la biodiversité. Au-delà des effets sur la production de bois, le fonctionnement de l’ensemble de l’écosystème peut être menacé, ainsi que sa biodiversité et, à travers elle, la production de biens et services fournis à la société.

La chalarose du frêne, la mort subite du mélèze, la maladie des bandes rouges du pin, le nématode du pin et le cynips du châtaignier sont quelques-uns des ravageurs et maladies émergents récents en Europe. D’autres maladies et parasites, tels que le flétrissement américain du chêne ou l’agrile du frêne, constituent des menaces majeures à nos portes. Ces ravageurs et maladies sont au centre des préoccupations des acteurs institutionnels de la surveillance phytosanitaire européenne, et préoccupent de plus en plus les gestionnaires de forêts.

Une école d’été à destination des doctorants et aux jeunes chercheurs pour étudier la problématique

L’école d’été « Emerging Pests and Diseases in Temperate Forests » propose de présenter l’état des connaissances sur certains ravageurs et maladies émergents des forêts par le biais d’études de cas. Elle mettra également l’accent sur les méthodes de gestion des risques, de détection, de surveillance et de contrôle et comportera des cours, des tutoriels, des séances de discussion, des groupes de travail et une visite de terrain dans les forêts vosgiennes. Elle organisé par les chercheurs et enseignants-chercheurs du réseau NFZforestnet, et soutenue par le LabEx ARBRE.

Lien vers le site web

Télécharger le flyer : https://workshop.inrae.fr/nfz-summerschool/Media/Fichier/2020_NFZforestnet-summerschool-Pest-Disease-temperate-forests

Public cible : Doctorants, jeunes chercheurs, étudiants de Master 2, intéressés par la compréhension de la biologie et de l’épidémiologie des ravageurs et des maladies émergents dans les forêts tempérées, et par la compréhension des conséquences sur la gestion forestière.
Langue : anglais
Tarification : pas de frais d’inscription, Les participants prendront en charge leurs propres frais de voyage et d’hébergement.
Date : 6 au 10 juillet 2020
Comité scientifique : Dr. Pascal Frey  (INRAE), Dr. Benoît Marçais (INRAE), Dr. Christelle Robinet (INRAE), Valentin Queloz (WSL)

Contact : nfzschool-contact@inrae.fr

Mots clés : Ecole Chercheur ; Université d’été ; INRAE ; LabEx ARBRE ; NFZforestnet ; maladies émergentes ; ravageurs ; bioagresseurs ; insectes ; champignons pathogènes ; invasions biologiques; épidémiologie ; dynamique des populations ; évaluation des risques ; changement climatique ; étudiants ; doctorants

Colloque « arbre, bois, forêt et société »

L’ANR et l’ADEME organisent les 4, 5 et 6 novembre 2019 un colloque « arbre, bois, forêt et société » à Bordeaux à l’immeuble Gironde.

Le programme et tous les renseignements sont disponibles à cette adresse :

https://anr.fr/fr/actualites-de-lanr/details/news/colloque-anr-ademe-arbre-bois-foret-et-societe-du-4-au-6-novembre-2019-les-inscriptions-sont-o/

Le public visé est la communauté académique et industrielle « bois et forêts ».

Les coordinateurs des projets qui ont été financés par les deux agences ont été contactés individuellement, toutefois la manifestation est ouverte à tous les acteurs intéressés par la recherche et l’innovation sur ces thèmes.

Des séances plénières mixent interventions introductives à portée générique sur les enjeux de recherche et des focus sur des projets financés, permettant en fin de session des échanges entre différents acteurs de la recherche et du développement sur le thème. 

Une session poster interactive est prévue le mardi matin. C’est une bonne opportunité en particulier pour des doctorants ou post-doctorants de présenter leurs travaux et d’échanger avec les communautés impliquées.

L’inscription est gratuite mais obligatoire.