CIAG — Une bioéconomique basée sur la forêt et le bois?

Featured

Screenshot 2016-09-26 16.37.43________________________________________________________

Jeudi 8 décembre 2016
Faculté des Sciences et Technologies
Vandoeuvre-lès-Nancy
Amphithéatre 8

L’Inra organise le 8 décembre 2016, à la Faculté des Sciences de Vandoeuvre-lès-Nancy, un Carrefour de l’Innovation Agronomique dédié à l’émergence d’une bioéconomie basé sur la forêt et le bois. Ce CIAg associe également AgroParisTech Nancy et l’Université de Lorraine, dans le cadre du LabEx ARBRE. Alors que la France est le premier pays européen en termes de production de bois (en valeur) sa balance commerciale reste en déficit chronique depuis des décennies (actuellement environ 6 Milliards d’euros par an). Dans ce contexte, le rapport plan Recherche Innovation 2025 pour la Filière Forêt Bois propose de nouvelles pistes novatrices, qui prennent en compte non seulement les nouveaux usages du bois, la place des services écosystemiques, mais également de nouvelles manières d’envisager les relations recherche-innovation dans ce secteur.

En particulier, les concepts développés autour de la bioéconomie, impliquant l’économie circulaire, et la valorisation en cascade des produits, sous-produits et des interactions non linéaires entre acteurs de a filière, offrent un cadre d’analyse renouvelé pour la filière. Le CIAg aura pour objectif de revisiter et d’illustrer les questions d’innovation liées à la gestion des ressources forestières et aux usages du bois.

Les inscriptions (gratuites) seront ouvertes courant Octobre.
Pour plus d’infos..

A vos agendas : colloque annuel du LabEx ARBRE le 18 octobre 2016

Featured

ARBRE organise son colloque annuel qui se tiendra le 18 octobre 2016 au centre INRA Nancy-Lorraine.  Les projets multidisciplinaires arrivés à échéance, les projets de valorisation sélectionnés dans le cadre de l’appel à projets conjoint du RMT FORCE et ARBRE, les actions engagées suite au rapprochement du LIF et du BEF ainsi que les projets de culture scientifique et technique seront à l’honneur cette année.

Cliquez ici pour télécharger le programme détaillé : Colloque annuel ARBRE 2016_ programme finalScreenshot 2016-09-26 09.36.06

ARBRE Conférence — Christine Farcy

Featured

banner farcy fr

« Les représentations sociales de la forêt : paradoxes et défis »

Christine Farcy — Chercheur et chargée de cours invitée à l’Université de Louvain (Louvain-la-Neuve, Belgique)

Les représentations sociales sont des ensembles organisés d’informations, d’opinions, d’attitudes et de croyances à propos d’un objet donné, en l’occurrence la forêt, constituant un savoir de sens commun partagé par les membres d’une société. Elles sont constituées à partir d’expériences vécues mais aussi de savoirs et modèles de pensée reçus et transmis par la tradition, l’éducation et la communication sociale. Baromètres des perceptions des sociétés, elles constituent un outil particulièrement intéressant dans des situations de mutations sociétales comme celle qui est actuellement en cours et qui voit la foresterie soumise à de puissants moteurs de changement (urbanisation, tertiarisation et globalisation). Après un rappel des conditions et processus impliqués dans l’émergence des représentations sociales, nous présenterons les résultats d’études récentes, analyserons les paradoxes mis en lumière et discuterons des défis posés au forestier et plus globalement à la foresterie.

Rendez-vous le 30 septembre à 13h30 en salle de conférence du site Inra de Champenoux

ARBRE Conférence — Martin Drechsler

NEW french banner

 

 

 

 

 

“Ecological economic modeling for biodiversity conservation”

Invité par le LabEx ARBRE, àn l’initiative de l’unité LEF, Martin Drechsler, chercheur au sein de l’institut Helmholtz Centre for Environmental Research à Leipzig, donnera un séminaire sur le thème “Ecological-economic modelling for biodiversity conservation” le mercredi 5 octobre à 13h30 sur le site Inra de Champenoux. Ce séminaire visera à donner à l’auditoire une vue d’ensemble des possibilités offertes par la modélisation écologique-économique intégrée et son application. La présentation s’articulera autour de 4 axes : (1) Analyse de la dynamique spatio-temporelle d’un territoire dans le cadre de permis négociables pour la conservation de la biodiversité incluant un bonus d’agglomération, (2) Développement d’une formule permettant d’évaluer la viabilité d’une population dans le cadre de changements globaux, (3) la gestion collaborative d’une ressource mobile et (4) le développement d’un logiciel-outil d’aide à la décision pour la mise en place de mesures agro-environnementales pour les prairies (Ecopay).

Rendez-vous le 5 octobre à 13h30 en salle de conférence du site Inra de Champenoux

  New quote

EIFFEL — une forêt expérimentale située en pleine ville

Screenshot 2016-09-19 15.03.23

 

 

 

Initiative Expérimentale pour le Future des Ecosystèmes Forestiers en Lorraine

EIFFEL est un projet de recherche incitatif soutenu par le LabEx ARBRE dans le cadre de son appel à projets 2015. La forêt EIFFEL sera utilisé pour étudier l’adaptation des espèces forestières aux conditions climatique future en Lorraine.

Le climat est le principal facteur qui influence la distribution des biomes forestiers et des espèces d’arbres, faisant émerger des questions quant à leur futur dans un contexte de changement climatique. L’aire bioclimatique potentielle des essences sera modifiée du fait de l’augmentation de la température et des épisodes de sécheresse, nécessitant de réfléchir à des stratégies d’adaptation qui garantiraient le maintien des services écosystémiques et de la production de bois.jardin botanique

EIFFEL est une forêt expérimentale de 3 ha située au Jardin Botanique Jean-Marie Pelt pour étudier l’adaptation des espèces forestières aux conditions climatiques futures en Lorraine. Cette forêt sera constituée d’un mélange d’espèces représentatives de la forêt Lorraine actuelle, d’un assemblage d’espèces les plus thermophiles déjà présentes en Lorraine et d’espèces méditerranéennes qui présentent des exigences thermiques plus élevées et qui sont plus tolérantes à la sécheresse.

Après les quelques année nécessaires à l’établissement des arbres, la forêt EIFFEL sera utilisée pour étudier l’évolution probable de la forêt lorraine et de son fonctionnement face au changement climatique. Il s’agit d’un projet ambitieux sur le long terme visant à mettre en place une infrastructure de recherche et d’éducation à destination des générations futures d’étudiants et de chercheurs de Lorraine et du monde entier, tout en gardant un contact étroit avec les riverains et le public qui visitent les jardins botaniques du Grand Nancy et de l’Université de Lorraine.

Pour plus d’infos : Projet EIFFEL en détail

Référent Scientifique : Daniel Epron
Chargé de projet technique et financier : Maude Antoine

partners

 

La recherche au cœur de l’Europe

grouped headingNFZ.forestnet est un réseau européen d’organismes de recherche et d’enseignement supérieur dans le domaine forêt-bois. Il regroupe actuellement l’Université de Freiburg, l’Institut de Recherche Forestière du Baden-Württemberg (FVA), l’Institut fédéra de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL), l’Institut fédéral technologique de Zürich (ETH Zürich), l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA), AgroParisTech et l’Université de Lorraine. Fondé en 2006, le réseau fête cette année ses 10 ans! Pour l’occasion, plusieurs actions ont été programmées. Ainsi le renouvellement de l’accord cadre a été signé le 2 septembre 2016 à l’Université de Freiburg.

Les représentants des différents instituts partenaires, tous réunis pour l’occasion, ont profité de cet événement pour retracer l’historique de NFZ, présenter les projets phares menés au cours de ces dis dernières années, mettre en lumière les coopérations européennes et internationales développées au travers le réseau et énoncer les enjeux à venir. Parmi les nombreuses collaborations qui ont vu le jour, les dernières en date sont les projets de recherche BlackSecret et Interdrought sur les champignons ectomycorhizien et la sécheresse portés par l’INRA, le WSL et le LabEx ARBRE.

biofor
Organisé à la fin de l’école d’été NFZ 2016 “BioFor”, cet événement a été l’occasion pour les doctorants de présenter leur travail autour de la “Bioéconomie” devant l’ensemble des participants. Leur intervention, sous forme d’un jeu de rôles, alliant esprit critique, controverse et humour, a conquis l’assemblée. Un nouvel exemple de la qualité des échanges qui s’opère au sein de ce réseau

Un champignon symbiotique facilite l’adaptation des arbres à la sécheresse

champignon symbiotiqueUn consortium international, coordonné par l’Inra et l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL) en Suisse, et impliquant notamment le CNRS, l’Université de Lorraine et Aix-Marseille Université, a décrypté le génome et le transcriptome de l’un des champignons symbiotiques le plus fréquemment associé aux arbres forestiers.

Cette avancée permet de mieux comprendre l’évolution de la symbiose entre plantes et champignons mycorhiziens, et en particulier le rôle de ce champignon dans l’adaptation à la sécheresse des arbres. Les connaissances acquises sur ce génome devraient faciliter l’utilisation de la symbiose dans la gestion des forêts soumises à des épisodes de sécheresse de plus en plus fréquents. Le détail de ces résultats est publié dans l’édition avancée en ligne de Nature Communications du 7 septembre 2016.

L’association symbiotique entre les racines des arbres forestiers et les champignons ectomycorhiziens est une règle quasi-générale (voir encadré) ; elle est indispensable à l’établissement et à la pérennité des forêts, de même qu’à leur productivité.

Le génome du principal champignon symbiotique forestier est décrypté !

Cenococcum geophilum est le champignon ectomycorhizien le plus fréquemment associé aux racines des arbres des forêts tempérées et boréales. Il est particulièrement abondant lors des sécheresses estivales et ses ectomycorhizes protègent les racines de la dessiccation.

Grâce à une collaboration étroite entre l’Inra et le WSL2, ainsi qu’au Joint Genome Institute (JGI) et à d’autres partenaires académiques, le génome et le transcriptome de ce champignon symbiotique sont désormais décryptés. Les gènes et leurs produits d’expression, des molécules à l’origine des protéines de l’organisme, ont été identifiés. Leur analyse, réalisée dans cette étude, apporte des informations nouvelles sur les mécanismes moléculaires nécessaires à la mise en place d’une symbiose mycorhizienne équilibrée profitant aux deux partenaires. En particulier, elle révèle que l’expression de plusieurs gènes codant des protéines membranaires formant des « pores » perméables aux molécules d’eau, les aquaporines, est fortement stimulée lors de l’interaction symbiotique. Cette induction est modulée lorsque la plante hôte est soumise à un stress hydrique. Ce mécanisme moléculaire original pourrait expliquer le rôle bénéfique de Cenococcum sur son hôte lors des périodes de forte sécheresse.

Comme ses cousins de la famille des Basidiomycètes, Cenococcum geophilum a perdu la plupart des enzymes permettant de dégrader la lignine et les polysaccharides, comme la cellulose, accumulés dans le sol et la paroi de la plante ; il dépend ainsi de sa plante-hôte pour subvenir à ses besoins en sucres et énergie. En contrepartie, il dispose d’un incroyable répertoire de gènes de communication et de signalisation utilisé afin de dialoguer avec ses différentes plantes hôtes.

Ces travaux s’inscrivent dans un programme ambitieux, mené en collaboration étroite avec le Joint Genome Institute (JGI), visant à caractériser le génome de plus de 1000 champignons afin de mieux comprendre le rôle de ces microbes dans les écosystèmes terrestres soumis à des contraintes climatiques de plus en plus fréquentes.

a quoi sert

larger pour plus d'infos

LabEx ARBRE — Journée Doc & Postdoc

Screenshot 2016-08-22 11.15.12

 

Le 17 octobre de cette année sera organisée la journée des Doctorants et Post-doctorants du Laboratoire d’Excellence ARBRE. L’évènement aura lieu dans le hall et la salle de conférence du bâtiment central de l’INRA de Champenoux. Cette journée a pour but de favoriser des échanges constructifs et interdisciplinaires entre Doctorants et Post-doctorants. C’est pourquoi nous comptons sur la participation de tout le monde.

Les organisateurs

  • Océane Nicolitch (Doctorant, UMR 1136 IAM + UR 1138 BEF)
  • Remi Wortemann (Post-doctorant, UMR 1137 EEF)
  • Maira Pereira (Post-doctorant, UMR 1136 IAM)
  • Julien Sainte-Marie (Post-doctorant, UR 1138 BEF)
  • Van Tho Nguyen (Doctorant, UMR 1092 LERFOB)
  • Nicolas Valette (Doctorant, UMR 1136 IAM)

Inscription

Les participants (incluant les visiteurs) pourront s’inscrire jusqu’au Vendredi 16 Septembre. L’ensemble des Doctorants/Post-doctorants devra soumettre un résumé en anglais (300 mots maximum) au plus tard le 23 Septembre. Un certain nombre de participants sera retenu pour une présentation orale (15 min de présentation + 5 minutes de question). Les autres prépareront un poster accompagné d’une courte présentation de 3 minutes. Les présentations sélectionnées ainsi que le programme de la journée vous seront communiquées début octobre.

Veuillez vous inscrire en suivant ce lien : Registration Form
N’hésitez pas à nous contacter par email si vous souhaitez des informations complémentaires — Océane Nicolitch
ou Remi Wortemann

Appel à projets 2017

appel à projets 2017

 

 

 

 

L’appel à projets 2017 a pour objectif de soutenir des projets originaux en accord avec les quatre actions thématiques d’ARBRE, se situant sur des fronts de science ou présentant un potentiel de valorisation important. Une attention particulière sera portée aux projets venant conforter l’ouverture à l’international du LABEX ainsi qu’aux projets montrant une ouverture vers la R&D en accord avec les recommandations du plan Recherche et Innovation 2025 de la filière Forêt-Bois.

Un objectif prioritaire d’ARBRE est également de promouvoir le couplage entre recherche et formation. Les actions de formation et de médiation scientifique mobilisant les activités des équipes du LabEx sont donc aussi fortement encouragées.

Date limite de dépôts des projets : 3 octobre 2016
par e-mail à: klett@nancy.inra.fr

En savoir plus

ARBRE Publication — PNAS

Link

ARBRE publication pnas banner

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les origines inattendues de la photosynthèse

La conversion de la lumière du soleil en énergie chimique, un processus nommé photosynthèse, est l’un des plus importants processus biologiques sur Terre. Une équipe internationale de chercheurs associant l’Université de Lorraine et l’Inra, ainsi que les universités de Freiburg (Allemagne) et de Berkeley (Etats-Unis), a mis en évidence les origines inattendues de ce processus. Utilisant la mousse Physcomitrella patens comme modèle, les chercheurs ont montré qu’au cours de l’évolution, des organismes appartenant à deux domaines du vivant ont contribué à la mise en place du système biologique permettant la fixation du CO2. Ce résultat, publié dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America (PNAS), est l’aboutissement de travaux initiés il y a plus de quarante ans.

Réalisée par les végétaux terrestres, les algues et certaines bactéries, la photosynthèse oxygénique entraîne la libération d’oxygène ainsi que la fixation de dioxyde de carbone (CO2). Le CO2 ainsi fixé est utilisé pour la synthèse de sucres. La photosynthèse est à l’origine de l’essentiel de l’énergie et de la matière organique sur Terre. Elle joue aussi un rôle clé dans le maintien constant du taux d’oxygène et dans la réduction de la teneur en CO2, un important gaz à effet de serre, dans l’atmosphère terrestre.

Screenshot 2016-06-29 12.35.45Dans les cellules des plantes, la fixation du CO2 est réalisée par certaines enzymes. L’efficacité de fixation du CO2 conditionne notamment les rendements agronomiques. Deux de ces enzymes, la fructose-1,6-bisphosphatase (ou FBPase) et la sédoheptulose-bisphosphatase (ou SBPase), sont étudiées depuis plus de quarante ans. Grâce à des analyses biochimiques et génétiques réalisées chez la mousse Physcomitrella patens, les chercheurs ont mis en évidence au cours de cette étude leur structure moléculaire et leur mode d’action,  et ils ont retracé l’évolution du système photosynthétique.

Étonnamment, les deux enzymes isolées à partir de la mousse sont assez similaires dans leur mode d’action mais elles sont issues d’organismes appartenant à deux domaines du vivant différents. En effet, l’analyse de l’origine des deux gènes codant pour ces enzymes indique que l’une provient de bactéries non photosynthétiques et l’autre d’organismes ancestraux appelés Archées. Ces résultats apportent ainsi des informations inattendues sur l’origine des systèmes photosynthétiques qui se révèlent reposer sur un assemblage de gènes acquis à partir d’organismes plus primitifs qui ne sont pas eux-mêmes photosynthétiques, puis adaptés au fonctionnement très particulier des organismes pratiquant la photosynthèse oxygénique. Ces travaux permettent ainsi d’améliorer les connaissances sur le fonctionnement et la régulation de la photosynthèse et sur le contrôle de la productivité végétale.

____________________________

Les résultats rapportés dans cette étude proviennent principalement d’une coopération entre l’unité mixte de recherche Inra-Université de Lorraine « Interactions Arbres-Microorganismes » et les laboratoires de Plant Biotechnology de la Faculté de Biologie, et de Biochimie de la faculté Chimie et Pharmacie de l’Université de Freiburg. D’autres coopérations ont été effectuées avec un laboratoire de l’Institut de Biologie Physico-chimique (IBPC) à Paris et le département de Plant and Microbial Biology de l’Université de Californie à Berkeley.

Cet article correspond en grande partie au travail de thèse de Désirée Gütle effectué en co-tutelle entre Nancy et Freiburg avec l’aide, du côté français, d’une bourse du ministère chargé de la recherche et du Labex ARBRE, et du côté allemand de l’Initiative d’Excellence de la République Fédérale d’Allemagne incluant les structures SGCBM, BIOSS, FRIAS de Freiburg et l’Université franco-allemande.

FR pnas referencelarger pour plus d'infos