Atelier ONF-SILVA-ARBRE en forêt de Hesse

Dans la suite du projet de formation – dissémination IFASYL soutenu par le LabEx ARBRE, Nathalie Breda (UMR SILVA) a accueilli un groupe d’une vingtaine de collègues de l’Office National des Forêts du Grand Est le 2 juillet sur le site atelier de Hesse. L’objectif de la rencontre était d’expliciter le rôle de l’indice foliaire dans les échanges entre les couverts et l’atmosphère. A partir d’une visite du site, de discussion autour de posters illustrant la variabilité interannuelle et spatiale d’indice foliaire, le rôle de la sylviculture dans le contrôle de ce paramètre a été discuté. Du point de vue technique, la métrologie de ce paramètre a été explicitée en s’appuyant en outre sur l’expérience de l’ONF sur les placettes RENECOFOR (collecte de litières) et en présentant différents équipements. Les collègues volontaires ont aussi pu accéder à l’interface « couvert –atmosphère » en accédant en haut de la tour à flux et en découvrant les mesures micrométéorologiques réalisées, avec les explications de Jean-Baptiste Lily (UMR SILVA). A l’issue de la rencontre, les collègues de l’ONF sont repartis avec l’analyseur de couvert appartenant au service RDI de Fontainebleau (modèle LAI-2000, Li-Cor), accompagnés de modes opératoires clairs et simples pour réaliser leurs propres mesures sur des peuplements conduits de manière contrastée.

Photo : Hubert Schmuck (ONF)

Le Génie des Arbres

Le génie des arbres, un documentaire diffusé lors de la soirée Science Grand Format du jeudi 15 mai à 20h50 sur France 5 – avec plusieurs interventions des équipes du LabEx ARBRE …

20th NFZ forestnet Annual Summer School: Emerging pests and diseases in temperate forests

Depuis le milieu du XIXe siècle, les forêts européennes ont doublé de superficie, mais elles sont confrontées à de nouvelles menaces telles que le changement climatique. L’émergence de nouveaux ravageurs et maladies provoquant le déclin des arbres forestiers, est une autre préoccupation majeure.

Les causes de ces problèmes émergents sont multiples : introduction de ravageurs et de maladies exotiques, changement climatique et modification des pratiques forestières. La plupart des introductions sont accidentelles et liées à l’augmentation du commerce international, qui supprime de nombreux obstacles naturels à la dispersion des organismes et entraîne la redistribution de nombreuses espèces animales, végétales et microbiennes entre les continents. Certains de ces ennemis (insectes, nématodes, champignons, bactéries ou virus) provoquent des pertes économiques importantes et constituent une menace pour la conservation de la biodiversité. Au-delà des effets sur la production de bois, le fonctionnement de l’ensemble de l’écosystème peut être menacé, ainsi que sa biodiversité et, à travers elle, la production de biens et services fournis à la société.

La chalarose du frêne, la mort subite du mélèze, la maladie des bandes rouges du pin, le nématode du pin et le cynips du châtaignier sont quelques-uns des ravageurs et maladies émergents récents en Europe. D’autres maladies et parasites, tels que le flétrissement américain du chêne ou l’agrile du frêne, constituent des menaces majeures à nos portes. Ces ravageurs et maladies sont au centre des préoccupations des acteurs institutionnels de la surveillance phytosanitaire européenne, et préoccupent de plus en plus les gestionnaires de forêts.

Une école d’été à destination des doctorants et aux jeunes chercheurs pour étudier la problématique

L’école d’été « Emerging Pests and Diseases in Temperate Forests » propose de présenter l’état des connaissances sur certains ravageurs et maladies émergents des forêts par le biais d’études de cas. Elle mettra également l’accent sur les méthodes de gestion des risques, de détection, de surveillance et de contrôle et comportera des cours, des tutoriels, des séances de discussion, des groupes de travail et une visite de terrain dans les forêts vosgiennes. Elle organisé par les chercheurs et enseignants-chercheurs du réseau NFZforestnet, et soutenue par le LabEx ARBRE.

Lien vers le site web

Télécharger le flyer : https://workshop.inrae.fr/nfz-summerschool/Media/Fichier/2020_NFZforestnet-summerschool-Pest-Disease-temperate-forests

Public cible : Doctorants, jeunes chercheurs, étudiants de Master 2, intéressés par la compréhension de la biologie et de l’épidémiologie des ravageurs et des maladies émergents dans les forêts tempérées, et par la compréhension des conséquences sur la gestion forestière.
Langue : anglais
Tarification : pas de frais d’inscription, Les participants prendront en charge leurs propres frais de voyage et d’hébergement.
Date : 6 au 10 juillet 2020
Comité scientifique : Dr. Pascal Frey  (INRAE), Dr. Benoît Marçais (INRAE), Dr. Christelle Robinet (INRAE), Valentin Queloz (WSL)

Contact : nfzschool-contact@inrae.fr

Mots clés : Ecole Chercheur ; Université d’été ; INRAE ; LabEx ARBRE ; NFZforestnet ; maladies émergentes ; ravageurs ; bioagresseurs ; insectes ; champignons pathogènes ; invasions biologiques; épidémiologie ; dynamique des populations ; évaluation des risques ; changement climatique ; étudiants ; doctorants

Séminaire « Écologie et gestion des prairies »

Les enseignants-chercheurs et chercheurs de l’Université de Lorraine, de l’ENSAIA et de l’INRA organisent les 21 et 22 juin 2019 un séminaire scientifique en hommage à Bernard Amiaud, qui nous a quittés en septembre dernier. Il se déroulera en deux temps, la journée du 21/6 à la faculté des sciences de Vandoeuvre, consacrée à des conférences sur le thème de l’écologie des communautés et des espèces prairiales, et la matinée du samedi 22/6, où sera organisée une visite de sites d’expérience (agroforesterie) et d’enseignement à la ferme expérimentale de la Bouzule. Cet événement est ouvert à tous, mais il faut s’inscrire avant le 25 mai sur le site suivant :

https://framaforms.org/inscription-seminaire-en-hommage-a-bernard-amiaud-1543935040

Contact : Jean-Luc Dupouey INRA UMR Silva 54280 Champenouxprogramme_seminaire_ecologie_prairies_hommage_Bernard_Amiaud_21_22_juin_2019

Un remarquable travail pluri-disciplinaire et pluri-unités du Labex ARBRE

Le projet de thèse d’Alexandre Fruleux vient de produire un article remarquable reposant sur une approche multi-disciplinaire qui a impliqué plusieurs unités du LabEx. L’article est disponible en ligne sur le site de la revue Oecologia.

Résumé : Aboveground overyielding in a mixed temperate forest is not explained by belowground processes

The relationship between forest productivity and tree species diversity has been described in detail, but the underlying processes have yet to be identified. One important issue is to understand which processes are at the origin of observed aboveground overyielding in some mixed forests. We used a beech–maple plantation exhibiting aboveground overyielding to test whether belowground processes could explain this pattern. Soil cores were collected to determine fine root (FR) biomass and vertical distribution. Correlograms were used to detect spatial arrangement. Near-infrared reflectance spectroscopy was used to identify the tree species proportion in the FR samples and spatial root segregation. An isotopic approach was used to identify water acquisition patterns. The structure and the composition of the ectomycorrhizal fungal community were determined by high-throughput sequencing of DNA in the soil samples. We found no spatial pattern for FR biomass or for its vertical distribution along the gradients. No vertical root segregation was found, as FR density for both species decreased with depth in a similar way. The two species displayed similar vertical water acquisition profiles as well, mainly absorbing water from shallow soil layers; hence, niche differentiation for water acquisition was not highlighted here. Significant alterations in the fungal community compositions were detected in function of the percentage of maple in the vicinity of beech. Our findings do not support the commonly suggested drivers of aboveground overyielding in species-diverse forests and suggest that competition reduction or between-species facilitation of belowground resource acquisition may not explain the observed aboveground overyielding.