IFASYL

cropped photo LAI Tronçais GIS Coop NBredaIndice Foliaire et Adaptation de la SYLviculture (IFASYL) : accompagner l’appropriation de l’indice foliaire par les forestiers et sa prise en compte dans une sylviculture économe en eau

Responsable scientifique : Nathalie Bréda (UMR 1137 – Ecologie & Ecophysiologie Forestières – EEF)

Collaborations :

  • CNPF-IDF –Jacques Becquey, Céline Perrier, Eric Paillassa, Eric Sevrin, Julien Fiquepron
  • IRSTEA – UR Ecosystèmes Forestiers – Philippe Balandier
  • INRA – UMR LERFoB – François Ningre (réseau LERFoB de dispositifs permanents), Ingrid Seynave (GIS Coopérative de données sur la croissance des peuplements forestiers)
  • ONF – Claudine Richter
  • FCBA – Marin Chaumet

___________________________________________________

Contexte Pour développer une sylviculture économe en eau pour adapter les peuplements aux épisodes de sécheresse, l’outil de calcul en ligne Biljou© est aujourd’hui disponible pour les forestiers. L’outil nécessite une description du sol et des paramètres clés du couvert, en particulier son indice foliaire. Or ce paramètre n’est pas aujourd’hui mesuré par les sylviculteurs. Ceux-ci ont formulé le souhait de disposer d’équations pour prédire l’indice foliaire à partir de grandeurs dendrométriques classiques.

Objectifs Le projet vise deux objectifs : (1) rechercher des relations entre variables dendrométriques maîtrisées et utilisées par le sylviculteur et l’indice foliaire, (2) illustrer et quantifier l’impact de modalités très contrastées de densité de peuplements sur le bilan hydrique.

Démarche Une base de données d’indice foliaire a été acquise en 2013 sur un réseau de 33 dispositifs sylvicoles, gérés par es partenaires du projet. Le travail se décompose en 4 étapes :

(1) enrichir la base de données avec les grandeurs dendrométriques de chaque modalité sylvicole : âge, hauteur dominante, diamètre moyen, densité, surface terrière …

(2) analyser les relations mono- ou multifactorielles entre données dendrométriques et indice foliaire. Les deux essences sélectionnées sont le chêne sessile et le douglas.

(3) tester la précision des relations établies sur des dispositifs de la recherche où mesures indépendantes et fiables d’indice foliaire sont disponibles

(4) réaliser des calculs de bilan hydrique grâce à l’outil en ligne Biljou© pour illustrer les conséquences des différences d’indice foliaire entre les traitements sylvicoles d’un même site.

Résultats et impacts attendus Il est attendu de dégager des équations génériques entre indice foliaire et caractéristiques dendrométriques pour le chêne sessile et le douglas et d’illustrer sur des dispositifs sylvicoles l’impact des densités sur l’indice foliaire et le bilan en eau des parcelles. S’il n’était pas possible de dégager des relations génériques, la mesure de l’indice foliaire resterait incontournable.