Événements Récents

Présentations des conférences & séminaires
___________________________________________

  • Les Actes des Ateliers ReGeFor 2013 consacrés au thème «La fertilité des sols forestiers est-elle à un tournant?» sont publiés dans le numéro thématique n°4 – 2014 de la Revue Forestière Française.  La RFF et l’Afes ont le plaisir de souligner que ces Actes représentent une des contributions françaises sur les SOLS, dans le cadre de l’Année Internationale des Sols 2015, sous l’égide de la FAO et des Nations Unies.

Pour téléchargez ces Actes, veuillez suivre ce lien:  Les Actes – REGEFOR 2013

_____________________________________________________________________________

  • Journées Docs-Postdocs du LabEx ARBRE
    Date : 8-9 septembre 2014
    Locale : INRA Centre de Nancy-Lorraine, ChampenouxLe LabEx ARBRE étudie le fonctionnement et la productivité des écosystèmes forestiers. Les objectifs sont d’essayer de comprendre leurs mécanismes, de prévoir leurs réponses face aux changements globaux et d’identifier de nouvelles pistes de préservations et de valorisations de ces écosystèmes. L’une des principales forces d’ARBRE, c’est de rassembler en son sein un éventail très large de compétences disciplinaires, permettant d’appréhender le fonctionnement des écosystèmes forestiers et l’analyse de la ressource forêt-bois à différents niveaux depuis la molécule jusqu’au paysage.Ces journées ont mise en valeur le travail des doctorants et post-doctorants des unités de recherche partenaires d’ARBRE. Elles ont eu pour objectifs de rapprocher les différentes disciplines et échelles d’étude du LabEx et visent à stimuler les discussions entre jeunes chercheurs via des exposés, des ateliers et une présentation de posters. Pour poursuivre dans cette optique de dialogue et d’échanges, une conférence sur la médiation scientifique a été animée par Jean-Marc Galan (CNRS, Institut Jacques-Monod/Université Paris Diderot).Pour lire le programme détaillé, veuillez suivre ce lien : Programme détaillé – Detailed Program

_____________________________________________________________________________

  • Avis de SoutenenanceJulien Sainte-Marie
    Date : 9 septembre 2014
    Locale : Institut Elie Cartan Université de Lorraine, site de Nancy Vandoevre-lès-Nancy

Julien Sainte-Marie soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés Contribution à l’intégration des cycles biogéochimiques dans les modèles de croissance forestiers à base phénoménologique. Dynamique saisonnière du couvert forestier et décomposition de la matière organique du sol.

Son le travail a été réalisé en étroite collaboration avec les mathématiciens de l’Institut Elie Cartan Université de Lorraine (IECL). Ce travail fait partie du projet QLSPIMS du LabEx ARBRE.

Résumé:  
La communauté scientifique, en relation avec les gestionnaires forestiers, travaille depuis trente ans à l’élaboration d’outils d’aide à la décision. Cependant, aucune approche de modélisation ne permet une évaluation simultanée de l’impact sur la forêt des changements globaux et de la gestion des services écosystémiques. L’élaboration d’une nouvelle génération de modèles dédiés au couplage sol-plante est indispensable pour aider les gestionnaires forestiers à adapter leurs pratiques sylvicoles face aux changements globaux. Les modèles phénoménologiques issus de la dendrométrie proposent des estimations de croissance et de production tenant compte des pratiques sylvicoles. Leur utilisation est limitée par leur dépendance à un indice de fertilité combinant de manière indifférenciée l’influence du climat et des cycles biogéochimiques. La remise en jeu de la notion d’indice de fertilité nécessite de tirer avantage des concepts issus des modèles à base écophysiologique et biogéochimique. La modélisation de la dynamique mensuelle du renouvellement foliaire par le modèle Stand Leaf Canopy Dynamics a permis d’estimer: i) la dynamique de l’indice foliaire, ii) la production de litière foliaire. Ce modèle probabiliste tient compte de l’influence du climat, de la disponibilité en eau de l’écosystème et repose sur des hypothèses écologiques fortes sur les mécanismes impliqués dans la longévité des feuilles. Ce modèle pose les bases de l’intégration du cycle de l’eau aux modèles dendrométriques par couplage avec un modèle écophysiologique. Le modèle de décomposition de la matière organique le long d’un profil de sol vertical proposé par Bosatta et Ågren (1996) a été analysé mathématiquement afin d’étudier le devenir des chutes de litières dans le sol forestier. Nous avons proposé: i) une preuve d’existence et l’unicité de solutions à l’équation de transport intégro-différentielle du modèle, ii) des schémas de différences finies implicites-explicites convergents estimant les solutions du modèle et iii) une discussion autour des hypothèses sous-jacentes à une troncature du modèle proposée par Bosatta et Ågren. Ces deux étapes sont des leviers indispensables à l’étude des cycles biogéochimiques dans une approche à base dendrométrique. L’influence du climat et de la phénologie sur le cycle de l’eau, la décomposition des litières foliaires et la chimie du sol constituera une prochaine étape de modélisation.   

_____________________________________________________________________________

  • Séminaire de restitution des projets EMERGE et SYLVABIOM
    Date : 18-19 sep 2013
    Locale : INRA Nancy Centre, Champenoux

Résumé :   La restitution des deux projets SYLVABIOM (Nouveaux concepts de cultures ligneuses durables pour la production de biomasse à des fins énergétiques) et EMERGE (Elaboration de Modèles pour une Estimation Robuste et Générique du bois Energie).  Soutenus tous les deux par l’ANR dans son programme Bioénergies de 2008, une partie des travaux sur la biomasse et la minéralomasse était présentée en commun. Les organisateurs remercient le Labex ARBRE, dans le cadre du projet QLSPIMS..

Présentations

_____________________________________________________________________________

 

  • Conférence sur les forêts aléatoires et VSURF présentée par le professeur Robin Genuer
    Date : 24 octobre 2013
    Locale : AgroParis Tech, Nancy

Résumé :   Derrière l’analyse de données et la modélisation se cachent deux cultures (Breiman 2001). Une première constitue le courant principal et considère les données comme issues de mécanismes stochastiques. L’autre ne fait pas d’hypothèses sur ces mécanismes et utilise des algorithmes pour comprendre ou prédire la nature du lien entre les variables d’entrée et les variables de réponse. La modélisation algorithmique s’est développée rapidement depuis une dizaine d’années, en partie grâce à Léo Breiman  qui a développé l’utilisation d’arbres de décision, appelés également « forêts aléatoires ».Cette méthode est utilisée à la fois sur de grands ensembles de données complexes ou comme alternative à la modélisation de données d’ensembles plus petits. Robin Genuer a fait sa thèse sur les forêts aléatoires et a développé une librairie du logiciel R qui porte sur la sélection de variables par forêts aléatoires (Genuer et al. 2010 VSURF). Cet outil a de nombreux débouchés en termes d’utilisations forestières. Par exemple, de récents travaux de télédétections à l’ONF ont utilisé cet outil pour évaluer des dégâts de tempêtes sur une image satellite (Dapoigny 2013). L’utilisation des forêts aléatoires pour prédire la biomasse forestière à partir de données LIDAR est également en pleine expansion.  Quels sont les principes, les atouts, mais aussi les pièges liés à cette technique, que savons-nous de cette nouvelle méthode ?

Présentation

_____________________________________________________________________________