Séminaire Vanessa Haverd

Picture (Device Independent Bitmap) 1
Abstract
Several lines of evidence point to an increase in the activity of the terrestrial biosphere over recent decades1-4, impacting the global net land carbon sink (NLS) and its control on the growth of atmospheric carbon dioxide (ca). Global terrestrial gross primary production (GPP) — the rate of carbon fixation by photosynthesis — has risen by (31 ± 5)% since 19004. This increase remains to be attributed. Here we show that this increase in GPP is predominantly driven by CO2.. We reconcile leaf-level and global atmospheric constraints on trends in modelled biospheric activity to reveal a global CO2 fertilisation effect on photosynthesis of 30% since 1900, or 47% for a doubling of ca above the pre-industrial level. Our historic value is nearly twice as high as current estimates3,5 (17 ± 4)% that do not use the full range of available constraints. Consequently, under a future low emissions scenario6, our projected natural land carbon sink (174 PgC, 2006 to 2099) is 57 PgC larger than if a lower CO2 fertilisation effect comparable with current estimates is assumed. These findings suggest a larger beneficial role of the land carbon sink in modulating future excess anthropogenic CO2 in lower emissions scenarios consistent with the target of the Paris agreement to stay below 2°C warming, and underscores the importance of preserving terrestrial carbon sinks.
Speaker
Vanessa Haverd, Climate Science Centre, CSIRO Oceans & Atmosphere, Canberra, Australia
Vanessa Haverd has a Ph.D. in physical chemistry (Oxford University, 2003), and joined the Continental Biogeochemical Cycles Team at CSIRO in 2007 as a terrestrial biosphere modeller. She has co-developed new descriptions of fundamental physical processes, including coupled transport of heat, water and stable isotopes in soil and litter, encapsulated in the SLI (Soil-Litter-Isotope) model; heat storage, and radiative transfer in plant canopies. In 2013, she published the first complete carbon budget for the Australian continent, quantifying the contribution of the Australian biosphere to the global carbon budget, using multiple observational constraints. More recently, she co-developed a novel approach to representing vegetation structural dynamics in Earth system modeling, introducing vegetation structure and disturbance patterns into land surface models. Vanessa contributes CABLE-POP simulations to the annual update of the Global Carbon Budget, as part of the TRENDY ensemble of global terrestrial biosphere models.

Séminaire BENCHAFOR

Les 2 & 3 octobre 2018 se tient à l’INRA-Nancy un séminaire de réflexion autour du projet BENCHAFOR financé par le LabEx ARBRE. Ce projet vise à limiter l’impact des épidémies de hannetons sur les régénérations forestières

Le hanneton commun et le hanneton des forêts sont deux espèces de coléoptères bien connues pour les dommages qu’elles peuvent causer aux écosystèmes forestiers. Alors que les adultes peuvent provoquer des défoliations spectaculaires des arbres adultes, les larves se nourrissent aussi des racines des jeunes arbres, ce qui entraîne des mortalités importantes dans les régénérations forestières, ce qui a un impact sur l’ensemble du processus de gestion de la forêt. Les pays d’Europe de l’Est sont confrontés à des infestations récurrentes depuis les années 1960 ; en France, les populations de hannetons semblent être passées d’endémiques à épidémiques au cours des 10 dernières années, avec des dégâts importants signalés dans de jeunes peuplements forestiers de Picardie et d’Alsace du Nord. En Allemagne, les traitements chimiques se sont avérés efficaces pour réduire les populations et les dommages qui en découlent, mais leur utilisation est désormais interdite. Plusieurs méthodes de lutte sont étudiées en Europe, principalement sur la base de méthodes de lutte biologique. Jusqu’à présent, ces études n’ont pas produit de résultats qui pourraient être développés et finalement appliqués à l’aménagement forestier quotidien.

Les gestionnaires forestiers s’interrogent maintenant sur l’opportunité de modifier les paramètres de l’écosystème forestier qui sont critiques pour les différentes phases du cycle de vie des hannetons. De telles actions sont susceptibles de produire des méthodes efficaces à court terme avec des impacts environnementaux limités. Ce projet est basé sur une approche de benchmarking des connaissances scientifiques acquises sur la biologie des hannetons et des expériences techniques accumulées dans les pays d’Europe qui ont été victimes de foyers épidémiques au cours des dernières décennies. Nous cherchons à déterminer si des aménagements dans la gestion sylvicole pourraient limiter la dynamique des populations de hannetons.

Notre premier objectif est d’établir un état des connaissances sur les facteurs environnementaux qui déterminent les éclosions du hanneton, puis de proposer un protocole de protocole pour décrire et couvrir la structure et les caractéristiques de la végétation au sol qui déterminent la densité larvaire des hannetons. Ces deux objectifs permettront d’initier un travail en réseau national et international sur la recherche de solutions aux dommages causés aux forêts par les hannetons.

Le cœur du projet est l’organisation d’une session de travail internationale (3 jours) durant l’automne 2018 sur le site de l’INRA à Nancy-Champenoux. Au cours de la phase de préparation, nous identifierons un réseau de compétences approprié de chercheurs et d’experts en management en France et en Europe à inviter à la session de travail ; un étudiant ingénieur effectuera un stage à l’étranger en juin 2018 pour rencontrer les principaux contacts identifiés par l’équipe projet.

Enfin, le projet proposé fournira un cadre d’hypothèses pour la recherche de solutions écologiques afin de prévenir les épidémies de hannetons, un projet novateur susceptible d’initier une stratégie technique et scientifique de gestion de la crise causée par les épidémies de hannetons.

Réponses des perches de hêtre à l’ouverture de la canopée

Estelle Noyer a  le plaisir de vous convier à la soutenance de sa thèse intitulée: “Réponses des perches de hêtre (Fagus sylvativa L.) à l’ouverture de la canopée : approche multidisciplinaire et multi-échelle.

La soutenance aura lieu le vendredi 12 mai à 9h30 en Amphithéâtre A à AgroParisTech à Nancy.

Résumé :

L’ouverture de la canopée présente des avantages (disponibilité des ressources) mais aussi de nouvelles contraintes (vent, demande évaporative, etc.). Souvent étudié chez les semis, la dynamique de réponses est peu renseignée chez les grands arbres. Cette thèse vise à identifier les dynamiques de réponses à l’ouverture de la canopée chez des perches de hêtre dominées durant de longues périodes. L’approche adoptée est multidisciplinaire et multi-échelle, basée sur une analyse rétrospective de la croissance radiale et axiale, d’anatomie et de traits biomécaniques. Sous couvert, la compétition pour la lumière fait que les perches favorisent la croissance axiale devant la croissance radiale résultant en un élancement important. Par ailleurs, un tiers des perches s’affaisse. Après ouverture, l’élancement des perches présente un risque biomécanique : 15 sur 36 perches libérées ont été cassées par le vent deux ans après l’éclaircie. Pour se stabiliser face au vent, la croissance axiale des perches est diminuée pendant quatre ans après l’éclaircie tandis que la croissance radiale augmente et atteint un plateau après deux ans probablement à cause des limitations liées à la taille et à l’accès aux ressources. Les perches ayant une inclinaison initiale supérieure à 6° se redressent après l’éclaircie. La conductivité hydraulique potentielle du cerne augmente et se stabilise elle aussi après deux ans. Les dynamiques de réponses sont donc clairement spécifiques du trait étudié. Par ailleurs, l’approche intégrative a permis de mettre en évidence l’importance de la taille des individus dans les mécanismes de réponses : tandis que les semis modifient et la croissance et les propriétés des tissus, les perches se reposent sur l’ajustement de leur géométrie.
Mots-clés : Fagus sylvatica, croissance, biomécanique, anatomie, ouverture de la canopée, bois.

Symposium Regulation Redox regulation: Historical background and future developments

Faculté des sciences, Amphitheater 8, Vandoeuvre-lès-Nancy, Université de Lorraine

March 29-31, 2017

Redox regulation referred to as post-translational modifications affecting protein cysteine residues is of great importance for many biological processes. A milestone was the discovery in the 70s that photosynthesis is regulated at several entry points by such modifications. However, over the last decade, it has become obvious in all organisms that additional cellular functions and signaling pathways are controlled by redox changes, some of these being relevant for human health or microbial development and virulence. This redox biology symposium is the third of a series initiated in 2013 in Kaiserslautern followed by a second edition in 2015 already in Nancy. This edition will deal with redox regulation in eukaryote and bacterial systems with emphasis on plants as it is organized in the honor of Pr Jean Pierre Jacquot, who has made pioneering discoveries in this field and will officially retire in 2017.

Séminaire de Michiel VOS

(Lecturer, European Centre for Environment and Human Health, University of Exeter, UK)

Dr. Michiel Vos fera une conférence sur le thème

‘Natural variation in the social bacterium Myxococcus xanthus’

le Jeudi 9 mars 2017 à 14h00 à la Faculté des Sciences à Nancy – Amphi 7

The soil bacterium Myxococcus xanthus is best known for its ability to build multicellular fruiting bodies. This form of social development has been shown to be prone to ‘cheating’ behaviour by asocial clones. Previous work has mainly been based on laboratory strains. In this talk, I will describe work on the genetic, phenotypic and behavioural diversity of natural populations of this fascinating species.

Cette conférence à l’invitation du laboratoire DynAMic s’inscrit dans le cadre du Master BioMANE et est soutenue par le Labex ARBRE

CIAG — Une bioéconomique basée sur la forêt et le bois?

Screenshot 2016-09-26 16.37.43________________________________________________________

Jeudi 8 décembre 2016
Faculté des Sciences et Technologies
Vandoeuvre-lès-Nancy
Amphithéatre 8

L’Inra organise le 8 décembre 2016, à la Faculté des Sciences de Vandoeuvre-lès-Nancy, un Carrefour de l’Innovation Agronomique dédié à l’émergence d’une bioéconomie basé sur la forêt et le bois. Ce CIAg associe également AgroParisTech Nancy et l’Université de Lorraine, dans le cadre du LabEx ARBRE. Alors que la France est le premier pays européen en termes de production de bois (en valeur) sa balance commerciale reste en déficit chronique depuis des décennies (actuellement environ 6 Milliards d’euros par an). Dans ce contexte, le rapport plan Recherche Innovation 2025 pour la Filière Forêt Bois propose de nouvelles pistes novatrices, qui prennent en compte non seulement les nouveaux usages du bois, la place des services écosystemiques, mais également de nouvelles manières d’envisager les relations recherche-innovation dans ce secteur.

En particulier, les concepts développés autour de la bioéconomie, impliquant l’économie circulaire, et la valorisation en cascade des produits, sous-produits et des interactions non linéaires entre acteurs de a filière, offrent un cadre d’analyse renouvelé pour la filière. Le CIAg aura pour objectif de revisiter et d’illustrer les questions d’innovation liées à la gestion des ressources forestières et aux usages du bois.

Les inscriptions (gratuites) seront ouvertes courant Octobre.
Pour plus d’infos..

A vos agendas : colloque annuel du LabEx ARBRE le 18 octobre 2016

ARBRE organise son colloque annuel qui se tiendra le 18 octobre 2016 au centre INRA Nancy-Lorraine.  Les projets multidisciplinaires arrivés à échéance, les projets de valorisation sélectionnés dans le cadre de l’appel à projets conjoint du RMT FORCE et ARBRE, les actions engagées suite au rapprochement du LIF et du BEF ainsi que les projets de culture scientifique et technique seront à l’honneur cette année.

Cliquez ici pour télécharger le programme détaillé : Colloque annuel ARBRE 2016_ programme finalScreenshot 2016-09-26 09.36.06